Nos critères de sélection – à savoir ce que nous entendons quand nous parlons d’Oasis – sont le suivants: il s’agit d’Oasis traditionnelles,  d’écosystèmes développés par l’homme dans un milieu aride depuis 3000 avant J.C. Des lieux où d’ingénieux mécanismes de captation de l’eau ont rendu possible la culture du palmier dattier. Des Oasis dont le patrimoine architectonique originaire, aujourd’hui sérieusement menacé de disparition, est constitué d’édifices en pisé ou en pierre. Des Oasis millénaires ou séculaires, fondées au plus tard au début du 20ème siècle, où se transmettent des connaissances et pratiques autochtones, d’amplitudes très diverses. Dans certains cas, on trouve des territoires étendus et des milliers d’habitants répartis dans les différents villages, dans d’autres, la présence est réduite à 30 personnes, qui est le nombre minimum adopté par Fondation LabOasis comme critère pour le relevé topographique. Le cycle productif comprend agriculture et élevage, activités qui sont à la base de l’économie intégrée typique de l’Oasis, avec, en tous cas, la culture du palmier dattier comme pierre angulaire.

DEFINITION OPERATIONNELLE DE L’OASIS TRADITIONNELLE

L’Oasis est un écosystème anthropique en milieu désertique ou semi-désertique présentant une structure similaire dans toute la zone géographique saharienne et arabique, elle a les caractéristiques suivantes :

NOTE
Les critères de sélection font référence à une seule Oasis. Il arrive souvent que plusieurs Oasis soient déployées dans une zone étendue constituant un ensemble uniformisé par la morphologie du terrain, adoptant donc des systèmes de captage d’eau assimilables et la caractéristique agriculture intégrée à trois niveaux. Quelques Oasis de montagne, faisant partie de ces ensembles, ont été relevées même dans l’absence de la palmeraie.